cornée imprimée en 3D

L’Université d’Anvers (UA) et l’Université Catholique de Louvain (KUL) travaillent sur le développement de l’impression en 3D de la cornée, la membrane transparente à l’avant de l’œil. Cette recherche contribue au renforcement du rôle pionnier Flamand dans l’impression en 3D des tissus du corps.

Ce programme de recherche de cinq ans a été annoncé dans la presse générale (par exemple, De Tijd / l’Echo, Het Nieuwsblad) vers le milieu de l’année dernière. Dans ce programme, l’UA prend en charge la conception des cornées, tandis que KUL est responsable de la technologie d’impression en 3D.

Le collagène, les blocs de construction de base de tous les tissus humains, est à la base d’une cornée imprimée en 3D dure et transparente. A un stade ultérieur un des défis sera de intégrer d’autre cellules afin de pouvoir implanter chez les humains les cornées imprimées en 3D et que ces cornées ne dégénèrent pas. Un autre défi existe dans le fait que le bioinkt doit être amélioré, ceci afin qu’il puisse résister aux grandes pressions produites par la fine tête d’impression en 3D.

Une fois que cette technologie sera au point, l’avenir démontrera si elle pourra aider les patients atteinds d’aniridie. Puisque souvent chez ces patients on observe des problèmes de cornée avec l’âge, cela est une piste intéressante à suivre en tout cas.
Lors de la réunion de l’Aniridie Belgique l’été dernier, le Dr. Matthyssen a brièvement présenté ses recherches doctorales liées à ce sujet, la présentation est toujours disponible en ligne.